L’Hydroptère DCNS prêt pour la tentative de record de la traversée du Pacifique entre Los Angeles et Honolulu

Première tentative de record océanique du trimaran volant

Après un mois de convoyage à bord d’un cargo qui a quitté Toulon le 28 mai dernier, l’Hydroptère DCNS est arrivé à Los Angeles et a touché pour la première fois le sol américain mardi 3 juillet. Le grand oiseau de carbone va être ré-assemblé et mis à l’eau dans le port californien de Long Beach où il se positionnera en stand-by météo pour sa tentative de record de la traversée du Pacifique.

La Transpac, ou Transpacifique, est l’une des plus anciennes courses à la voile au monde puisqu’elle a été créée en 1906. Elle rassemble tous les deux ans depuis plus d’un siècle les grands marins de la planète qui viennent se mesurer sur les 2215 milles nautiques (4102 km) qui séparent Los Angeles de Honolulu, la capitale hawaïenne. Ce parcours légendaire fait également l’objet de tentatives de record tout au long de l’année. A ce jour, c’est Olivier de Kersauson qui détient le record de la traversée, établi en novembre 2005 à la barre de Geronimo, dans le temps de 4 jours, 19 heures et 31 minutes, à 19,17 nœuds de moyenne (35,5 km/heure).

C’est donc cette marque, invaincue depuis presque sept ans, qu’Alain Thébault et ses quatre coéquipiers – Luc Alphand, Jean Le Cam, Yves Parlier et Jacques Vincent- vont tenter d’effacer à bord de l’Hydroptère DCNS. Les cinq marins vont d’abord se positionner en « code rouge », dans l’attente de conditions favorables et se préparer sur zone. Dès qu’une fenêtre météo propice se présentera, ils passeront en « code orange », synonyme de départ dans les 72 heures. Enfin, si la fenêtre météo reste ouverte, le « code vert » sera lancé, l’équipage se tenant prêt à partir dans les 24 heures.

Alain Thébault déclare : « Je suis particulièrement heureux de pouvoir m’attaquer à ce premier record océanique de la traversée du Pacifique avec l’Hydroptère DCNS. Après ces longs mois de préparation et de travail, c’est une récompense formidable pour toute l’équipe, pour DCNS et tous ceux qui nous soutiennent. Nous allons maintenant pouvoir prouver quelles sont les capacités de l’Hydroptère DCNS. »

Pour mettre toutes les chances du côté de l’Hydroptère DCNS, une équipe d’ingénieurs DCNS est à Los Angeles pour travailler sur le système d’asservissement de l’empennage arrière et terminer les optimisations en vue du record.

Sous les yeux des inspecteurs du WSSRC – le World Sailing Speed Record Council – qui doivent homologuer ce record, l’Hydroptère DCNS passera alors la ligne de départ, située au large du Phare de Point Fermin, à la pointe sud-ouest de Los Angeles. Le voilier qui vole disposera ensuite de 4 jours, 19 heures et 31 minutes, pour rejoindre la ligne d’arrivée, située dans l’alignement du Phare de Diamond Head, dans la fameuse baie de Waikiki.

Cette tentative s’inscrit dans le programme océanique de l’Hydroptère DCNS, dont l’objectif est de démontrer le potentiel au large des voiliers « volants ». Alain Thébault, son concepteur et skipper, détient depuis 2009 le record absolu de vitesse à la voile sur un mille nautique (50,17 nœuds soit 95 km/h de moyenne) et ambitionne à terme de développer un maxi hydroptère capable de ravir les plus grands records océaniques. La traversée du Pacifique constitue une nouvelle étape importante.

NB : banque images vidéos et photos téléchargeables sur http://www.newscastwire.com/fr/org/dcns


Contact Presse

Stéphanie André
Relation media Hydroptère DCNS

+ 33 (0)6 84 79 76 01
stephanie@agencelignebleue.fr

Thomas Lesage
+33 (0)6 81 44 62 83
thomas@hydroptere.com

Emmanuel Gaudez
+ 33 (0)1 40 59 55 69
emmanuel.gaudez@dcnsgroup.com

Télécharger le communiqué

Partager sur Facebook