Editorial de Patrick Boissier

La mer, avenir de notre planète

En 1960, un an avant que Youri Gagarine n’ouvre la voie de la conquête spatiale, Jacques Piccard et Don Walsh furent les premiers à descendre au fond de l’océan à bord de leur bathyscaphe Trieste. A 9 000 mètres, la pression fissura une vitre en plexiglas de 18 centimètres d’épaisseur sur leur embarcation. Cela ne les découragea pas de poursuivre leur odyssée jusqu’à près de 11 000 mètres. 52 ans plus tard, James Cameron n’est que le troisième homme à atteindre ces profondeurs. Il convient de rendre hommage aux pionniers des abysses.

La passionnante aventure du réalisateur canadien dans la fosse des Mariannes nous rappelle combien nous connaissons peu les grands fonds sous-marins. L’impression de proximité que nous éprouvons à l’égard de la mer est trompeuse. Le monde océanique est si méconnu que James Cameron, de retour de sa plongée au plus profond de la croûte terrestre, raconta qu’il avait eu l’impression de visiter une autre planète. L’un des plus grands créateurs d’univers originaux de l’histoire du cinéma put ainsi constater que, dans les profondeurs extrêmes, la réalité dépasse la plus débridée des fictions. La vie y prend la forme d’organismes étonnants qui subsistent dans des conditions extraordinairement hostiles.

Pourtant, d’Athènes à Shanghai en passant par Venise et New York, la mer semble avoir toujours été source de puissance. Pour confirmer scientifiquement cette intuition, DCNS vient d’initier la création du projet Océanides qui va étudier, sur cinq continents et cinq millénaires, la relation entre puissance maritime et puissance géopolitique et économique. Plus de 300 chercheurs du monde entier vont contribuer à ce projet sans équivalent depuis l’aventure encyclopédique du dix-huitième siècle.

Aujourd’hui, les océans détiennent nombre de réponses aux enjeux humains, économiques et environnementaux auxquels notre planète va être confrontée dans les prochaines décennies :

- les océans jouent un rôle majeur dans la régulation climatique et recèlent 97% de l’eau de la Terre, deux paramètres majeurs pour relever les défis environnementaux qui nous attendent ;

- les écosystèmes marins sont riches en matières premières, minerais et biodiversité, un potentiel – encore largement inexploré – pour faire face à l’épuisement des ressources terrestres ;

- la mer nourrit plusieurs milliards de personnes et tient une place déterminante dans tous les échanges internationaux (transports de marchandises, télécommunications…), des facteurs critiques pour accompagner l’accroissement et le développement économique de la population mondiale ;

- les océans constituent une source inépuisable d’énergies renouvelables (générées par les vents marins, les mouvements des eaux ou le différentiel de température entre fond et surface, sans même parler de l’hydrothermalisme profond), un atout considérable pour répondre à la demande exponentielle d’énergie propre ;

- enfin, la mer est, pour beaucoup d’entre nous, l’un des derniers espaces de rêve et de liberté.

C’est pourquoi, au sein de DCNS, nous sommes convaincus que le vingt-et-unième siècle sera maritime. Naturellement, cette conviction se fonde aussi sur notre expérience depuis 1631 dans le naval de défense. Aujourd’hui, nous nous mettons au service de la mer dans toutes ses dimensions en inventant les solutions de haute technologie pour la sécuriser et la valoriser durablement. L’ère de la mer est venue : elle sera aussi la nôtre.

Nous voulons que cette ambition donne du sens à l’activité de toutes les parties prenantes de notre Groupe. En effet, notre croissance sur nos marchés sert de locomotive au développement économique d’une filière industrielle qui compte en France de grandes et moyennes entreprises ainsi que des centaines de PME.

Plus largement, nous souhaitons partager notre vision de l’importance de la mer pour l’avenir de l’humanité avec tous ceux qui nourrissent un intérêt pour l’univers marin. C’est pourquoi nous venons de créer le réseau social de la mer, BlooPlanet (www.blooplanet.com). C’est un vecteur d’information et d’échange que nous mettons à la disposition des professionnels et du grand public.

« L’avenir ne se prévoit pas, il se prépare » nous a appris Maurice Blondel. La planète bleue est aujourd’hui confrontée à des défis inédits. Je suis convaincu que c’est en mer que la Terre trouvera les réponses les plus prometteuses.

Patrick Boissier

Président Directeur Général du groupe DCNS

Consultez la rubrique dédiée à la Vision 2020+ de DCNS

Partager sur Facebook