A+A-

L’alternance, un levier pour la formation de jeunes en situation de handicap

16.11.2016

Le recrutement d’apprentis et de stagiaires en situation de handicap est un des objectifs du second accord handicap signé par DCNS et les instances représentatives du personnel pour la période 2014-2017. Depuis le 1er janvier 2014, 46 alternants et 37 stagiaires ont ainsi rejoint le Groupe, qui les accompagne via un dispositif d’accueil complet. Tanguy est alternant sur le site d’Angoulême-Ruelle depuis le mois de septembre. Atteint de dyslexie, un trouble persistant de l’acquisition du langage écrit, Tanguy est en attente d’une reconnaissance en qualité de travailleur handicapé (RQTH). Rencontre avec Tanguy et son tuteur Stéphane, directeur de programme (DDP).

Quelles sont vos missions et comment l’alternance se déroule-t-elle ?

Stéphane DCNSStéphane : « En tant que DDP des lanceurs Sylver® j’ai la responsabilité de la bonne exécution des contrats de vente et de service de ces équipements conçus et produits sur le site d’Angoulême-Ruelle pour notre client. Tanguy occupe le poste d’apprenti responsable des opérations. En tant que tuteur je veille à la cohérence entre sa formation et les tâches qui lui sont confiées. Son alternance se déroule parfaitement bien. »

Tanguy DCNSTanguy : « Je rédige les fiches de Work Packages sur les aspects périmètres techniques, livraison et suivi des coûts des contrats. Je conçois aussi les plannings pour respecter les échéances de livraison de la documentation et des équipements au client, comme les autorisations à l’export par exemple. Mon alternance se déroule très bien. J’ai été très bien accueilli et cela aide à prendre rapidement ses marques. »

 

La dyslexie est un handicap invisible. Quelles sont ses implications dans le travail ?

Stéphane : « Tanguy a mentionné sa dyslexie dès l’entretien d’embauche et m’a expliqué ses difficultés. Je ne connaissais pas ce trouble et je me suis informé. Sa persévérance pour poursuivre ses études par la voie de l’alternance témoigne d’une grande capacité d’adaptation qui m’a séduit. Au quotidien, il faut être un peu plus vigilant lors de la relecture des documents mais Tanguy fait énormément d’efforts. »

Tanguy : « La dyslexie se traduit par une confusion des lettres, des chiffres et des difficultés de compréhension à l’écrit et à l’oral. La lecture et l’écriture me demandent de gros efforts de concentration et un travail de préparation en amont. Avec les années, j’ai progressé : je sais à quoi je dois faire attention. J’ai choisi la filière professionnelle qui laisse plus de place à la pratique. Après mon bac pro Maintenance nautique, j’ai intégré l’Institut d’administration des entreprises (IAE) de Caen en filière Management des opérations, qui privilégie un cursus en alternance. Chez DCNS, nous sommes deux alternants à travailler sur les fiches de Work Packages donc on s’entraide pour la relecture. »

Que vous apporte cette expérience ?

Stéphane : « J’ai pris conscience que je ne connaissais pas ce handicap invisible. Avec Tanguy, je constate comment un handicap oblige à puiser en soi d’autres ressources, à se dépasser pour atteindre un objectif. Tanguy a l’habitude d’aller dans des zones d’inconfort pour lui. C’est une force qui le fait avancer. »

Tanguy : « Je suis très heureux d’avoir rejoint DCNS pour mes deux années en alternance, de ne pas avoir arrêté mes études après le baccalauréat comme mes professeurs me le conseillaient. J’apprends, je me forme au métier de responsable des opérations en faisant de mon mieux. »

Les troubles « Dys »

Ce sont les troubles cognitifs spécifiques (qui apparaissent dans l’enfance et qui persistent à l’âge adulte) et les troubles des apprentissages qu’ils induisent. Ils sont classés en 6 catégories :

  • La dyslexie et dysorthographie sont les troubles de l’acquisition du langage écrit,
  • La dysphasie : troubles du développement du langage oral,
  • La dyspraxie : troubles du développement moteur et/ou des fonctions visuo-spatiales,
  • Les troubles d’attention avec ou sans hyperactivité : troubles de l’attention,
  • Les troubles spécifiques du développement des processus mnésiques (troubles de la mémoire),
  • La dyscalculie : troubles des activités numériques.

♦ Relire l’article : DCNS se mobilise pour la semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées